Yoyo Maeght

Yoyo Maeght, Une vie de passion pour l’art et l’architecture.
Yoyo Maeght a toujours exercé ses activités dans le monde de l’art, en ayant été administratrice de la Fondation Maeght et de la Galerie Maeght, présidente de Maeght Éditeur. Ses compétences dans la conception d’expositions sont reconnues internationalement, notamment comme commissaire d’expositions pour des musées tels que : Centre Pompidou Paris, London Royal Academy of Art, National Gallery Erevan, Beijing Imperial Museum, Shanghai Dolan Museum, Yokohama National Museum, Sao Paulo Pinacothèque, Pera Museum Istanbul, etc. Elle est également l’auteur de plusieurs livres sur l’art dont, en 2014, le best seller La Saga Maeght.
Chef d’entreprise dans le domaine culturel et artistique au parcours hors normes, entre privé et public, Yoyo Maeght est tout à la fois galeriste, éditeur, commissaire d’expositions, enseignante et auteur de plusieurs livres dont, en 2014, le best seller La Saga Maeght, paru aux éditions Robert Laffont.

Biography

Ma vie

Petite-fille de Marguerite et Aimé Maeght, mon enfance trépidante se déroule entre Paris et Saint-Paul-de-Vence, dans une vie rythmée par les vernissages, les concerts, les expositions, les réceptions, les voyages… En effet, mes grands-parents, Marguerite et Aimé Maeght, impliquaient leurs petits-enfants dans tous leurs projets et évènements.

Les expositions, vernissages, visites de musées ou d’ateliers deviennent très tôt mon quotidien développant ainsi, chez moi, une curiosité pour toutes les formes d’art dont bien évidemment, Peinture, Sculpture, Photographie.

Mais aussi Architecture. Comment ne pas être sensible à cette forme d’art puisque j’ai grandi alternativement dans une maison de Josep Lluis Sert ou sur les remparts historiques de Saint-Paul-de-Vence, mais aussi, sur les quais de Seine, face au Louvre ou dans la maison atelier de Georges Braque, dessinée par Auguste Perret.
Mon grand-père, fut l’ami des plus grands artistes du XXe siècle, Matisse, Bonnard, Braque, Chagall et un génial mécène d’artistes émergeants, Miró, Giacometti, Calder, Tàpies, Bram van Velde… Il était aussi un producteur de musique contemporaine et organisateur de spectacles vivants. C’est lui qui dictait mes choix musicaux.

 

Subjuguée par les artistes, ayant grandi parmi eux, à la disparition de mon grand-père, Aimé Maeght, en 1981, je prends le relai pour organiser leurs expositions, éditions et communication. Détentrice de la mémoire Maeght, j’ai consacré une partie de ma vie à inscrire Maeght dans l’histoire de l’art, aujourd’hui, après 35 ans au sein du groupe Maeght, Galerie Maeght, Maeght Editeur et Fondation Maeght, je développe une activité de promotion et d’édition d’artistes et d’architectes contemporains.

Bio

Yoyo Maeght est née le 14 janvier 1959, elle est la petite-fille d’Aimé Maeght, le célèbre galeriste et mécène qui créa, en 1964, la Fondation Marguerite et Aimé Maeght à Saint-Paul-de-Vence où sont exposés les chefs-d’œuvre réunis par Aimé Maeght qui fut le plus important marchand d’art au monde entre 1945 et 1981. Elle a grandi parmi les artistes et poètes : Miró, Calder, Chagall, Giacometti, Prévert, Malraux, Aragon… ce sont ces génies reconnus mondialement qui lui ont transmis une sensibilité artistique tout à fait unique. Son grand-père, Aimé Maeght, lui a légué son audace, sa détermination et sa passion pour toutes les formes d’art.
En 1981, à la suite du décès de son grand-père, Aimé Maeght, et incitée par des artistes comme Aki Kuroda ou Gérard Gasiorowski, elle décide de se consacrer à la poursuite des activités familiales. Yoyo Maeght est passionnée par le livre, notamment les livres d’artistes à tirage limité ainsi que par les lithographies et gravures. Directrice de Maeght Éditeur jusqu’en 2010, elle publie de nombreux catalogues raisonnés, livres d’artistes et de bibliophilie, ainsi que des lithographies et gravures originales.

 

Sa passion pour l’art moderne et contemporain, son expertise historique et son envie de promouvoir la culture à travers le monde, étayées par de solides connaissances, l’ont poussée à organiser des expositions pour des musées et centres d’art, tant en France qu’à l’étranger. Elle conçoit des expositions dont elle assure les commissariats, la sélection des œuvres, la conception et le suivi éditorial des catalogues. Elle en assure, également la promotion en réunissant autour de ses projets, sponsors, partenaires et medias.

C’est pour ses qualités atypiques que le Ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, lui remet, en 2008, les insignes de Chevalier de l’Ordre du Mérite. Lauréate 2011 du 20ème Prix Montblanc des Arts et de la Culture, Yoyo Maeght se voit récompensée pour son travail dans le monde de l’art, le Prix Montblanc de la Culture rendant hommage aux mécènes qui soutiennent des actions ou projets en faveur de l’art.

Également au service de la société française, elle fut conseiller prud’homal puis, depuis, 2003, elle est magistrat, juge consulaire au Tribunal de Commerce de Paris où, en 2016, elle préside la 12ème chambre, spécialisée dans le traitement des difficultés des entreprises.

 

Yoyo Maeght intervient dans de nombreux débats ainsi que dans des séries de conférences où, en commentant des documents et photographies, Yoyo Maeght décrit l’extraordinaire saga Maeght et analyse l’art de 1930 à aujourd’hui. Sans complaisance et se basant sur une solide documentation, elle livre sa vision du monde de l’art actuel : les artistes, le marché, les institutions et la situation internationale.

Yoyo Maeght dispense des cours auprès de diverses structures et écoles comme Drouot Formation, l’IESA – Institut Supérieur des Arts ou encore l’ICART – Ecole des métiers de la culture et du marché de l’art et l’EAC – Ecole d’Art et de Culture.
Aujourd’hui, Yoyo Maeght se passionne pour la promotion d’architectes contemporains, notamment chinois. Elle développe une maison d’édition où les projets d’architectes occupent les premières places.

Expositions & events

Yoyo Maeght est à l’initiative de plus de cinquante expositions internationales.

 

Dans les années 1980, bien avant la chute du mur de Berlin, elle fut la première à organiser des expositions en Tchécoslovaquie : Miró, Braque ou Calder à Prague mais aussi, Aki Kuroda au musée de Bratislava. Elle a conçu et organisé la première exposition Miró en Turquie. Elle collabore à des rétrospectives présentées par les plus importants musées et centres d’art internationaux : Centre Pompidou à Paris, La Royal Academy de Londres, le Munster Museum en Allemagne, le Pera Museum à Istanbul, en Turquie, le Musée de la Cité Impériale de Pékin, le TS1 Art Center de Pékin ou encore le Musée Dolan de Shanghai…

 

En 2010, Yoyo Maeght réalise, tant au niveau de l’organisation, de la mise en scène que de la communication, l’exposition “Giacometti & Maeght, vingt ans d’amitié” qui sera le plus grand succès de l’histoire de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght de Saint-Paul-de-Vence, Fondation dont elle est devenue, en 2002, administrateur. Elle est, alors, également responsable du développement et de la communication des entreprises Maeght. En mars 2011, désapprouvant tant les choix artistiques que les orientations stratégiques du groupe familial et du Conseil d’Administration de la Fondation Maeght, elle quitte les fonctions qu’elle exerçait au sein du groupe Maeght et œuvre depuis en indépendant.

France
Centre Pompidou, Paris,
Gasiorowski Rétrospective

France
CCC de Tours
A proximité des peintres et des poètes

France
Musée de Villeneuve d’Ascq
Gasiorowski

France
Château de Chambord
Aki Kuroda, Hélène Delprat

France
Musée de Troyes
Aki Kuroda

France
ELAC Lyon
Une collection au XXe siècle

France
Musée de Nîmes
Gasiorowski

France
Fondation Maeght
Giacometti & Maeght

France
Musée de Fécamp
Miró

France
Musée de Clermont Ferrand
Aki Kuroda

France
Fondation Maeght
Giacometti & Maeght

France
Fondation Maeght
Manolo Valdes

France
Fondation Maeght
Les Ateliers de la modernité

Allemagne
Essen Museum
Max Neumann

Allemagne
Picasso Graphikmuseum Münster
L’aventure de la modernité

Italie
Taormina Cultural Center
Miró

Grande Bretagne
Royal Academy of Art
Maeght and his artists

Arménie
National Gallery Erevan
Braque

Turquie
Pera Museum
Miró

Turquie
Centre Culturel Français, Istanbul
Gravures et Lithographies

Chine
TS1 Centre for contemporary Art
To the east

Chine
Beijing Imperial Museum
Aki Kuroda

Chine
Shanghai Dolan Museum
Aki Kuroda

Chine
Yan Art Club
Marco Del Re

Tchécoslovaquie
National Galleries of Art, Bratislava
Aki Kuroda

Tchécoslovaquie
Prague
Calder

Tchécoslovaquie
Prague
Miró

Japon
National Museum, Yokohama
A XX century collection

Japon
Hakone Open Air Museum
Miró

Brésil
Pinacothèque de Sao Paulo
Palazuelo

Books & movies

Livres

Yoyo Maeght est l’auteur de divers livres dont : “Maeght, la passion de l’Art Vivant”, aux Editions de La Martinière, ou “Maeght, L’Art et la Vie”, aux Editions Gallimard. Elle a consacré une monographie à l’artiste japonais, Aki Kuroda.

Auteur de nombreuses préfaces de catalogues d’expositions, elle signe aussi des textes dans des ouvrages plus inattendus comme : “l’Europe à la Carte”, aux Editions du Cherche Midi ou “Albert Ayler, témoignages sur un holy ghost” aux éditions Le Mot et le reste…

En 2014, à l’occasion des 50 ans de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght, Yoyo Maeght retrace pour la première fois l’aventure publique et intime de sa famille dans le livre La Saga Maeght paru aux éditions Robert Laffont. Elle y raconte le quotidien de cette vie où artistes et écrivains se côtoient et travaillent. Elle livre ses souvenirs d’une enfance chaotique vécue dans un tourbillon de vernissages, fêtes, expositions, projets, échecs et réussites, drames et joies, entre Paris, New York et Saint-Paul-de-Vence. Le monde de l’art des années 1930 à aujourd’hui est décrit avec minutie et amusement ainsi que situation artistique internationale. Elle évoque aussi les fractures qui vont progressivement disloquer sa famille. La Saga Maeght est surtout un hommage à son génial grand-père, Aimé, un petit gosse du Nord, orphelin de la guerre de 14-18 qui devient l’ami des plus grands artistes du XXe siècle, mais aussi l’un des plus importants marchands d’art au monde puis créateur de la Fondation Maeght. La Saga Maeght est tout à la fois l’épopée d’une dynastie amoureuse des arts, l’aventure triste d’un clan déchiré à la mort du patriarche et un voyage dans l’intimité des plus grands artistes de notre histoire contemporaine.

Livres et textes de Yoyo Maeght (Sélection)

  • La Saga Maeght, Éditions Robert Laffont, 2014
  • La Fondation Maeght – l’art et la vie, Éditions Gallimard, 2010
  • Témoignages sur un holy ghost, Albert Ayler, Éditions Le Mot et le reste, 2010
  • L’Europe à la carte, Éditions du Cherche Midi, 2009
  • Miro – Femme et Oiseaux, Maeght Editeur, 2008
  • Maeght – l’aventure de l’art vivant, Éditions de La Martinière, 2006,
  • The Maeght Family, Abrams New York, 2006
  • Aki Kuroda – Monographie, Maeght Editeur, 2002

“Vernissage chez Papy

Trois petites filles dans un tourbillon de jolies robes, de mousseline et de parfum ; nous nous bousculons pour mieux nous voir dans le miroir. Trois chevelures blondes peignées, crêpées, nattées. […] On sonne à la porte : c’est Octave. Pas un ami, ni un parent. Octave et sa livrée, sa casquette et son air placide, c’est le chauffeur de nos grands-parents, nous le connaissons depuis toujours. Avec lui, nous descendons en vitesse l’escalier de l’immeuble de la rue du Bac où nous habitons. Pas d’au revoir à qui que ce soit, car à la maison il n’y a personne. Juste une bise sur le museau de mon chien […]

Nous courons sur le trottoir mouillé et nous nous engouffrons dans la voiture […] Nous sommes heureuses, excitées : ce soir, c’est vernissage. Octave engage la Rolls sur la chaussée où la circulation n’est pas très dense en ce milieu des années 1960 […] On remonte vers la Madeleine, fonce sur les larges boulevards qui découpent le VIIIe arrondissement, avant de venir nous garer enfin rue de Téhéran, devant l’hôtel particulier qui abrite depuis 1945 la galerie de mon Papy et de ma Mamy.

Mamy nous attend à la porte comme si elle avait pressenti notre arrivée. Nous courons vers elle, j’adore, elle sent la poudre et le parfum Guerlain […] Elle nous guide dans la foule compacte des personnalités qui se pressent toujours aux vernissages de notre grand-père ; les gens s’écartent pour laisser passer la maîtresse des lieux et ses trois petites-filles, heureuses et, malgré tout, impressionnées.

Mamy fait un signe à l’un des employés de la galerie – plus de trente personnes, cinquante si l’on compte les éditions, travaillent ici –, pour qu’on nous apporte nos exemplaires de Derrière le miroir, la luxueuse revue qui tient lieu de catalogue […] Depuis notre naissance, pour toute publication, que ce soit un simple livre, une carte de vœux ou d’invitation, une lithographie originale ou un livre de bibliophilie, même si peu d’exemplaires sont produits, il y en aura toujours un pour chaque petit-enfant Maeght. C’est leur façon de constituer notre collection, certains grands-parents le font avec des timbres, nous c’est avec des gravures et des éditions […]

Mamy, qui a l’œil à tout, glisse quelques consignes à l’oreille de son employé : « Pompidou ne va pas tarder, qu’on l’attende en bas, il faut aller resservir Madame Juliette Gréco, ouvrez une fenêtre il fait trop chaud… » Quand Mamy parle, on s’exécute. Sa voix est douce et précise, mais elle possède une assurance, une autorité naturelle et un tel sens du détail que nul ne songerait à la contredire.

Elle nous présente à cette assemblée effervescente ; à l’artiste, quand nous ne le connaissons pas encore ; aux stars qui sont là, aux intellectuels. Nos grands-parents le font avec fierté et naturel : « Je vous présente ma petite-fille Yoyo… » J’entends encore ces mots pleins d’amour […]

Les soirs de vernissage, la galerie de Papy est bondée. Les conversations animées s’impriment en nous pour toujours. Deux critiques s’engueulent dans un coin :

« As-tu vu cette exposition de merde ! Que veut dire cet artiste qui décharne les corps ?

— Comment oses-tu ? Le gars est un génie ! »

Pas de tiédeur, pas de consensus. À cette époque, la censure officielle est encore en vigueur et la vie sociale très policée, alors en privé, toutes les outrances, tous les excès sont possibles – on peut même dire ce que l’on pense. Flo et moi nous nous faufilons un peu plus loin. Ici, on parle italien et anglais alternativement, comme si c’était une seule et même langue. Là, une foule se presse autour d’Aragon et d’un minet qui le tient par la main.

[…] Joannet, le fils de Pepito Artigas qui fut le grand complice céramiste de Miró, vient d’arriver avec sa femme, la magnifique Setsuko. Elle porte un kimono traditionnel japonais et des socques en bois, son visage impassible est d’une beauté hiératique. On entend aussi des voix du terroir aux accents roulants, aux « r » rocailleux, au phrasé syncopé. Je saute dans les bras d’Ubac pour l’embrasser, il discute avec Frénaud qui me fait une grimace en guise de marque d’affection, Chagall chuchote en russe avec sa femme et commente les tableaux, comme je passe devant lui, il me caresse affectueusement la tête et me décroche un clin d’œil narquois ; c’est pour moi le signe qu’on m’autorise à m’échapper pour aller jouer dans la cour en attendant qu’on aille dîner.

Ah, les dîners de vernissage ! Ce sont de véritables événements organisés pour célébrer l’artiste […] S’y retrouvent Prévert, le journaliste et producteur Pierre Dumayet, Aragon, Diego Giacometti – le frère d’Alberto – et presque tous les autres artistes de la galerie Maeght, Yves Montand, André Malraux, Michel Guy, des critiques influents, de très puissants hommes d’affaires, des politiques, des acteurs, des femmes excentriques, des élégants, de futurs talents de la mode ou de la scène artistique […] Calder valse avec Nina Kandinsky, Papy invite chacune de nous pour un tour de piste, Mamy rit aux anges, elle adore ces ambiances joyeuses. Pourtant, elle ne perd pas des yeux les convives, tente de deviner si le succès de l’exposition sera au rendez-vous.

[…] Je me gorge de tout cela. Ces outrances, ces passions s’emmagasinent en moi, en strates successives. Comme une musique enivrante, je n’en perds rien, ne veux rien en perdre […] Miró trace un oiseau au dos d’un menu et me le tend. Je m’endors bien plus tard, sur l’épaule de Flo, dans la Rolls qui roule silencieusement en direction de la maison, à travers un Paris désert. Bien sûr, pas d’école pour nous le lendemain.”

Films

Yoyo Maeght est l’auteur du film “Maeght une histoire de famille” pour les productions Dock en Stock, documentaire de 52′ diffusé sur Arte puis sur la chaine Histoire, film où elle explore toutes les facettes de l’histoire de sa famille et de l’amitié indéfectible qui l’unit aux artistes. Pour évoquer l’aventure humaine de Maeght, elle s’appuie sur les abondantes archives constituées par Aimé Maeght dont de nombreux documents filmés où l’on voit notamment Matisse au travail, Bonnard sur la Riviera, mais aussi Chagall, Braque, Miró ou Tàpies dans leurs ateliers ou dans l’intimité amicale partagée avec les Maeght.
Maeght – Une Histoire de famille, Doc en Stock, 2006

Conferences

Yoyo Maeght intervient dans de nombreux débats ainsi que dans des séries de conférences où, en commentant des documents et photographies, elle décrit l’extraordinaire saga Maeght et analyse l’art de 1930 à aujourd’hui. Sans complaisance et en se basant sur une solide documentation, elle livre sa vision du monde de l’art actuel : les artistes, le marché, les institutions et la situation internationale.

Conférence 1 – L’aventure Maeght

Toute l’aventure Maeght, des débuts d’Aimé comme ouvrier à la création des galeries de Paris, New York et Barcelone, puis la Fondation Maeght, l’amitié des artistes, la vie entre Saint-Paul-de-Vence et Paris d’une famille élargie aux créateurs de toute sorte, l’esprit Maeght.

Conférence 2 – Aimé Maeght, un bâtisseur ami des artistes

  • Un ouvrier lithographe dans les ruelles de Cannes
  • Les rencontres décisives, Bonnard, Matisse, Braque
  • Une galerie à Paris, Chagall, Kandinsky, Léger…
  • Les Surréalistes, poètes et écrivains, Duchamp, Breton, Prévert, Malraux…
  • Editeur et Galeriste, une grande famille
  • Une nouvelle génération, Giacometti, Miró, Calder, Tàpies

Conférence 3 – La Fondation Marguerite et Aimé Maeght

  • Un lieu créé pour les artistes, avec les artistes
  • Architecture
  • Inauguration
  • Expositions
  • Les Nuits de la Fondation, musique, théâtre

Conférence 4 – Les éditions Maeght

  • Aimé Maeght, un bibliophile éditeur – Les livres d’artistes à tirage limité
  • Les relations artistes/écrivains
  • Les techniques, gravures originales publiées par Maeght
  • Aimé Maeght homme de presse – L’Art Vivant, dès 1968
  • L’édition au service des artistes

Conférence 5 – La Situation internationale

  • Artistes
  • Musées, fondations, institutions
  • Presse et critiques
  • Collectionneurs
  • Le marché, galeries, enchères, courtiers

Master Class

Yoyo Maeght dispense des cours auprès de diverses structures et écoles comme Drouot Formation, l’IESA – Institut Supérieur des Arts, le groupe EAC, ou encore l’ICART – Ecole des métiers de la culture et du marché de l’art.

  • Management culturel
  • Conception et réalisation d’expositions
  • La communication en art